Deuxième séminaire à Stockholm

Apprendre des autres et porter un nouveau regard sur l’Allemagne et la France : tel était le but du deuxième séminaire du Dialogue d’avenir franco-allemand 2018 qui s’est tenu à Stockholm.

La Suède, tout comme ses voisins nordiques, est toujours considérée comme un « modèle » en termes de cohésion sociale, de démocratie et d’intégration. Cependant, nous oublions souvent que la Suède aussi est confrontée à de grands défis sociétaux : cet automne auront lieu les élections législatives et les experts placent le parti populiste de droite « Démocrates de Suède » parmi les meilleurs scores. Des problèmes tels que les besoins de logements, la division sociale croissante et l’intégration des réfugiés remettent en question l’efficacité du modèle de l’État-providence suédois.

 

Des rencontres et des contextes variés pour approfondir cette problématique

Lors des diverses rencontres du séminaire, les participants ont pu se familiariser avec et discuter de ces développements. L’origine conceptuelle de la société et de ses perspectives pour l’avenir ont été étudiés en discussion avec des experts et des scientifiques du Think Tank « Global Utmaning » (« défis mondiaux »). Aujourd’hui, de moins en moins de citoyens se reconnaissent dans le modèle de réussite suédois.

Le « Fryshuset », centre de la jeunesse et de l’éducation, est l’un des acteurs suédois les plus importants en matière d’accompagnement de jeunes issus de contextes difficiles vers de meilleures perspectives. La visite du centre a montré comment une approche holistique (englobant l’école, la culture de la jeunesse, le développement personnel et le travail) permet d’encourager les jeunes à façonner activement leur environnement et donc la société dans son ensemble.

Lors de la visite du « Folkets Hus » (« Maison du peuple ») dans la banlieue Rinkeby, le groupe a discuté des conditions spécifiques d’un quartier souvent perçu comme « problématique » : un taux de chômage élevé, touchant particulièrement les jeunes ; une ségrégation sociale ; et l’absence d’acteurs étatiques caractérisent la perte de confiance entre les citoyens et la politique. Comment pourrait-on améliorer la situation dans ce quartier ? Les militantes du « Folkets Hus » appellent, entre autres, à plus d’attention de la part du grand public et des autorités, à plus d’investissements, ainsi qu’à une plus grande présence locale des partis politiques et des services sociaux.

Pendant le séminaire, les participants ont également eu l’occasion de travailler sur leurs projets de groupe et à y intégrer leurs impressions des rencontres tenues à Stockholm. Les résultats seront présentés en octobre lors du séminaire final à Paris.

Programme du séminaire (anglais)